SXV-AO-LF premières impressions

Après quelques soirées de test (fonctionnement , réglages etc…) , enfin une soirée pour réaliser deux essais en « réel » sur deux objets (NGC2403 et NGC3359) , premiers retours à chaud.

Rapide présentation.

Le « kit de base » se compose de la SXV-AOLF , du diviseur optique , de quelques bagues de raccordement , alimentation et câbles , le tout dans une valise :

p1010694

 

Je précise « kit de base » car il est possible de personnaliser le kit suivant ses besoins , bagues différentes , diviseur optique version « slim » etc…

Niveau « mécanique » , pas de reproches particulier pour l’instant à faire  , c’est costaud et simple de conception.Pas de soucis pour fixer l’ensemble , les bagues sont dispo pour différents formats (SC , M42 etc…) , rien n’empêche de faire faire des bagues sur mesures au cas par cas.

 

Après assemblage de l’ensemble (SXV-AO-LF/D.O/Lodestar/RAF SX/ATIk4000LE) :

photo-1

 

Si on n’est pas déjà équipé d’une Sbig , l’intérêt principal à mon sens de ce système de guidage , c’est qu’on peut l’utiliser avec n’importe quel imageur ( la SteedyStar d’Orion le permet également ) , contrairement aux bien connues AO-7/AO-8.

La SXV-AOLF comporte une prise d’alimentation (12v) , un port ST4 et un port série pour son pilotage.

Le diviseur optique comporte un réglage du prisme en hauteur et permet ainsi de placer ce dernier dans une zone où les étoiles sont relativement ponctuelles et de ne pas vignetter sur le capteur de l’imageur.

Le D.O fonctionne parfaitement avec la Lodestar qui est très sensible. Suivant le backfocus de l’imageur utilisé on peut avoir besoin d’une bague pour pouvoir faire la map au niveau du D.O (mon cas).L’ensemble est prévu à l’origine pour être parafocal avec les caméras Starlight.

Pour expliquer très succinctement le fonctionnement , la lame de verre est équipée de 4 moteurs piezzo , ils reçoivent des ordres du logiciel de guidage pour recentrer l’étoile guide un maximum de fois par seconde , si on dépasse l’amplitude maxi (réglable) de mouvement de la lame de verre , un ordre est envoyé à la monture via le port ST4 pour ramener l’étoile guide.

 

dsc06821

 

 

Donc avec une bonne monture (et une bonne mise en station) , les ordres de « bump » (ordres de rattrapage envoyés sur le ST4) sont rares.

Pour ce qui est de la Lodestar , il est fortement conseillé de travailler en bin2 avec la SXV-AO pour accélerer le rapatriement des images et ainsi pouvoir corriger le plus de fois par seconde , de plus la sensibilité sera plus élevée et permettra une meilleur détection d’étoile guide.

Pour la photo de NGC2403  , j’avais une étoile guide (mag 9,1)  en 0.2s d’intégration (en bin2) , la SXV-AO a pu ainsi travailler à  4/5Hz.

 

ngc2403_fov

 

Résultat :  un RMS(écart moyen de l’étoile guide) de 0.1pix/0.2pix au niveau du guidage , soit un RMS de 0.24″/0.26″ sur le ciel (échantillonnage de guidage de 1.32″)

 

 

Pour NGC3359 (pas encore traitée) , il a fallut que je pousse à 0.7s d’intégration (étoile guide de mag12,1) , du coup la SXV-AO travaillait à 1hz , RMS obtenu : 0.3pix/0.5pix , c’est déjà moins bon , mais ça reste très largement au-dessus de ce que ma G11 est capable seule.

 

ngc3359_fov

 

Plus l’étoile guide est lumineuse , plus le temps d’intégration est court et plus le nombre de corrections augmente par seconde.

L’idéal étant de se préparer avec un logiciel de cartographie capable d’afficher le FOV de l’ensemble imageur/guideur et de voir où peut-on chopper une étoile guide la plus brillante possible.Un crayford rotatif peut être utile pour atteindre cette étoile guide sans avoir à bouger le reste du train optique.

Théoriquement , si on utilise 0.1s d’intégration on peut espérer obtenir 10 corrections par seconde , à tester sur le terrain… Et voir la différence au niveau résultat entre du 5hz et du 10hz.

Côté monture , j’utilise un picastro avec la G11 , et de base , pas de port ST4 dessus. J’ai donc effectué une modification : Picastro – ajout d’un port ST4

 

Petite photo de l’ensemble sur le C9.25 :

dsc06826

 

 

Le hic c’est côté logiciel , je n’ai jamais réussi à faire tourner le soft livré qui est franchement infâme et nous fait plonger 15 ans en arrière au niveau ergonomie…ce soft plante sans arrêt chez moi.

soft

 

Le choix se limite ensuite à Astoart et MaximDL.Pour Astroart , à ce jour , la prise en charge reste basique (mais ça évolue assez rapidement), peu de réglages possibles pour affiner le guidage , je n’ai pas réussi à avoir de résultats concluants.Mais je vais continuer mes essais avec ce soft.

 

Pour MaximDL c’est hyper complet bien évidemment (mode subframe , calibration ,réglage guidage Lodestar/SXV-AO , dithering entre les poses etc…)  et le résultat est là , mais le prix du logiciel refroidi… (version de démo dans mon cas pour l’instant)

maximdl

 

J’ai contacté par mail Cyril Cavadore pour lui demander si il comptait supporter cette SXV-AO un jour dans Prism , la réponse fut négative , dommage…

Voilà pour mes premières impressions sur ce système de guidage.

 

 

 

 

Mise à jour :
Voici une petite comparaison avec/sans SXV-AO lors d’une soirée cette semaine.

Protocole de test :

Même cible (région de PK 189+7.1) , tests effectués à 7 minutes d’intervalles , C9,25 à température , prise de vue avec l’Atik4000LE , temps de poses : 120s

Pour le guidage « classique » :
C9,25 à F/D 10 (2350mm), diviseur optique+lodestar+SXV-AO(arrêtée) et PHDGuiding
intégration sur 1s

Pour le guidage avec la SXV-AO :
C9,25 à F/D 10 (2350mm), diviseur optique+lodestar+SXV-AO et MaximDL
intégration sur 0,2s

Une petite capture écran lors de la mesure des FWHM (en pixel ici) avec Iris :

iris-2

 

Petit tableau de quelques mesures :

tableau

 

Les conditions niveau ciel étaient « moyennes » , l’étoile guide avait tendance à bien danser…
Malgré tout j’ai observé un gain , léger certes mais bien réel.

Résultat des mesures sous CCDInspector (FWHM en  » d’arc), qui confirment le petit gain et semblent en concordance avec les mesures effectuées via Iris :

 

ccdi

 

 

A voir si le gain augmente avec un ciel plus calme , ce serait intéressant de tester…

Pour finir , en scrutant à la loupe sous Iris deux Fits (avec et sans SXV) je me suis aperçu de quelques petites différences.Je ne sais pas si on peut parler de différence au niveau de la détection car ces 9% de gain sur la FWHM peuvent-ils permettre de jouer sur la détection ?

En tout cas il semble bien que les trois tâchouilles suivantes soient plus marquées sur le Fits issu de la prise avec la SXV-AO à droite :

detection_0

 

Couples de mesures du rapport signal/bruit sur quelques étoiles :

rsb

On constate bien un petit gain avec le guidage via la SXV-AO-LF.

One thought on “SXV-AO-LF premières impressions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.