First light, nouveau T300 et ASI2600

Voici les toutes première lumières avec ma nouvelle caméra ASI2600 et mon T300 modifié.

Ce T300 est un Skywatcher Quattro sur lequel j’ai effectué quelques modifications : 

– Remplacement du tube acier par un tube carbone
– Amélioration araignée secondaire
– Amélioration barillet primaire
– Installation d’un focuser FLI Atlas

Et il me reste encore du boulot car les premières soirées ”test” m’ont permises de mettre le doigts sur quelques soucis, le plus ennuyeux : entrée de lumière parasite en haut du tube. 
Sur les Quattro (le 300 en tout cas), l’araignée est en bordure de tube et du coup l’ouverture du PO chope l’extérieur du tube en plus du secondaire… plutôt ennuyeux , voici la vue depuis le PO :

 … voici un master flat (”stretché” à fond les ballons pour mettre en évidence l’entrée de lumière) pour donner une idée de l’impact sur les photos : 

J’ai presque terminé la fabrication d’un pare-buée qui corrigera le problème.


Par contre je suis vraiment très satisfait de la tenue mécanique de l’ensemble, la colim ne bouge pas même en basculant le tube d’ouest en est.

Le tout premier essai de quelques secondes sur delta du Cygne pour tester la correction de champ (Paracorr Type2) et voir si pas de soucis particulier (juste stack avec DOF, pas de traitement) :

La même soirée quelques minutes (20 de mémoire) sur M92 :

Et enfin les nuits suivantes, M101 avec 2h30 en cumulé (70x120s) gain 100 :

Toutes les acquisitions sont faites avec Sharpcap. J’ai testé AstroPixelProcessor pour l’occasion (habituellement j’utilise Siril) je le trouve vraiment pas mal.

En tout cas la fonction de retrait de gradient a sauvé ma M101, je n’ai pas pu obtenir le même résultat avec Siril ou même PI.

Content de ces tous premiers tests, j’ai encore des pistes d’améliorations pour peaufiner ce T300 mais je trouve les premiers résultats encourageants pour la suite.

Premières lumières au Quattro 300P

Voici les tous premiers essais effectués en mars avec le remplaçant du RC12 sur l’EQ8: un Skywatcher Quattro 300P (version tôle).

Ce tube est actuellement en cours de modification par mes soins : remplacement du tube acier par un tube carbone venant de chez Teleskop Austria (même tube carbone que les séries « Lacerta »), remplacement du focuser et diverses améliorations…

Tests effectués avec le correcteur Skywatcher GPU pour newton F/4.

Tout d’abord une trentaine de minutes sur M97 :

Puis 1h sur M106

Hypercam 294C Pro Tec : poursuite des tests…

Malgré les rares accalmies ici dans l’ouest où les perturbations s’enchainent les unes après les autres, j’ai poursuivi les tests avec cette caméra en variant les temps de poses unitaires et le gain.

Je continue donc la prise en main de cette Hypercam 294.

Le 29/11, ciel clément pendant 2 petites heures :

Et enfin le 02/12, malgré la présence de la lune j’ai pu poursuivre les tests :

Bien sûr cela manque cruellement de poses, ces objets méritent un temps nettement plus conséquent.

Il s’agit de tests pour apprivoiser cette caméra et il faut composer avec la météo…

NGC7023

Poursuite des essais avec l’Altaïr Hypercam 294C Pro Tec

Une session d’une heure seulement sur cette Nébuleuse de l’iris avec la présence de la lune à 72%.

Comme pour la soirée du 28/09, pas de dithering et donc une forte trame. De plus j’ai dû sévèrement recadrer à cause d’un fort gradient causé par la présence de la lune.

Acquisition avec SharpCap avec les mêmes réglages que la session du 28/09.

Hypercam 294C Pro Tec : Test 1

Voici le tout premier test sur le ciel. Test effectué avec le RC12 à F/D5,3 sur l’EQ8.

Poses unitaires de 15s, pas d’autoguidage, dithering « naturel » (pas suffisant…). Acquisition des brutes avec Sharpcap (en mode Live Stack pour le plaisir) avec les réglages suivants :

  • Colour Space: RAW14
  • Binning 1×1
  • Gain 900
  • Black Level 15
  • Température -15°C

Voici pour commencer une version de NGC6946 cumulant 1h au total

Puis « la Bulle » NGC7635, exactement dans les mêmes conditions. 1h au total.

Après ce premier test quelques observations et enseignements :

  • Dithering indispensable, ici on devine encore une trame sur le fond de ciel.
  • La création des flats n’a pas été simple, pas évident d’obtenir les histo des 3 couches à peu près équilibrés avec ma boîte à flat… et ça se voit sur les images…
  • La façon de traiter une image issue d’une caméra OSC implique de revoir ses habitudes…enfin pour ma part.

Test caméra : Altair Hypercam 294C PRO TEC

Voici donc une nouvelle petite caméra que je teste depuis quelques semaines. C’est une caméra équipée du capteur couleur Sony IMX294 que l’on retrouve dans les ZWO ASI294 , QHY294C etc…

Voici quelques caractéristiques techniques :

USB InterfaceUSB 2.0, USB 3.0
Colour/MonoColour
SensorSONY IMX294
Resolution11.3 Megapixel, 4128px x 2808px
Pixel Size4.63 μm
Sensor Size4/3″ – 19.1mm x 13.0 mm
Sensor Diagonal23.2 mm
Sensor Protection WindowUV/IR & AR Coating
ShutterRolling
Read Noise1.2e – 7.3e
QE % Approx.T.B.D.
Full Well Capacity63700e
ADC14 bit
CoolingThermo Electric (TEC)
Max Frame Rate35 FPS
DDR Memory Buffer4 GB
Region Of Interest ROIYes
Guide PortNo

Sur le papier les caractéristiques sont intéressantes: capteur BSI de taille confortable, faible bruit de lecture, bonne profondeur de puit , QE assez élevé (pic estimé à plus de 70% à 530nm) et un ADC de 14 bit.

Mécaniquement cette caméra semble très bien conçue, elle paraît robuste, tout est bien assemblé et la finition est exemplaire.

Elle est équipée d’un module Pelletier à double étage pour le refroidissement (delta T annoncé de 45°C), une chambre étanche pour le capteur et une résistance pour éviter la buée sur le hublot frontal (hublot bloquant les UV/IR). Elle dispose également de deux ports USB2.

Au niveau logiciel on trouve les classiques drivers Ascom ainsi que les pilotes natifs sous différentes applications (SharpCap, APT etc…). Altaïr fournit également un soft d’acquisition que je n’ai pas testé.

Avant les premiers tests sur le ciel, la caméra a été mise en route sous Sharpcap. Note importante: avec l’achat d’une caméra Altaïr, un an de version pro de Sharpcap est offert.

Premier point qui m’a ravit : la stabilité du pilote natif sous Sharpcap, ça tourne comme une horloge. Aucun freeze, aucune image bizarre en plein milieu d’une série…

Autre point : la descente en température, vraiment très bien conçue, ça ne démarre pas à 100% comme certaines caméras pour atteindre le négatif en quelques secondes (ce que personnellement j’évite…), ici ça descend tranquillement en température. La température de consigne est atteinte au bout de plusieurs minutes et ça reste très stable au cours d’une session.

Pour l’instant je suis descendu à -15°C avec des températures extérieurs de 15/20°C et il y en avait encore sous le pied pour descendre plus (j’étais environ à 70% de la capacité du Pelletier)

Je n’ai testé la caméra sur le ciel qu’en mode « HCG » qui permet de faire descendre le bruit de lecture en dessous des 2e- . Ce mode est activé dans Sharpcap à partir de 900 de gain.

Avant de présenter les premiers tests sur le ciel voici quelques relevés établis avec Sharpcap qui confirment les données du fabriquant au niveau du bruit de lecture et de la dynamique de ce capteur.

On constate bien la baisse du bruit de lecture à l’activation du mode HCG (Gain 900) :

La capacité du puit suivant le gain, ainsi que la dynamique résultante :

Pour terminer, les mesures montrant l’évolution du signal d’obscurité avec la température du capteur (mesures effectuées avec le logiciel ISIS)